Représentation

Les représentants de notre Associations sont de tous les lieux d’influence nationaux.

Voici quelques exemples de participations récentes ou actives à des comités et groupes de travail:

Participation à Communauté de pratique provinciale sur le rétablissement.

  • L’Association y compte pas moins de 7 de ses membres.

Participation du DG de l’Association à titre de Consultant au sein de l’Initiative Pancanadienne en matière de rétablissement de la Commission de la santé mentale du Canada.

  • Il aura entre autres mandats, celui de faire partie de l’équipe des 3 rédacteurs principaux des permières Lignes directrices nationales sur l’intégration de l’approche rétablissement dans les services de santé mentale.

pho-vlcsnap-2014-2

Scène croquée lors de la formation 2012 des porte-parole de l’Association.

Participation à la table du Groupe provincial sur la stigmatisation et la discrimination en santé mentale (GPS-SM).

  • Les résultats de la tournée de consultation menée par les Porte-voix du Rétablissement sont la principale source de données concernant la perception usagère relativement à la stigmatisation et aux pistes de solution pouvant la combattre.
  • Représentation des personnes utilisatrices de services de santé mentale au comité aviseur du Commissaire à la santé et au bien-être (CSBE)
  • Participation au sous-comité du CSBE se penchant sur les indicateurs de performance servant à évaluer le système de santé mentale québécois
  • Participation au comité aviseur du CSBE
  • Les résultats de la tournée de consultation ont été livrés lors d’une entrevue individuelle du directeur des Porte-voix du Rétablissement, en faisant, au sein de leurs travaux, l’une des sources importantes de la perspective des personnes vivant un trouble mental.

Participation aux activités de l’Alliance internationale de recherche universités-communautés Santé mentale et Citoyenneté en collaboration avec le Brésil (ARUCI-SMC).

  • L’ARUCI-SMC vise à produire des connaissances pertinentes sur le plan scientifique, tout comme pour l’amélioration des pratiques, des services et des politiques de santé mentale. Sa finalité est d’assurer aux personnes vivant avec des problèmes de santé mentale l’accès au plein exercice de la citoyenneté. Il y aussi participation du DG sur le comité citoyen de l’ARUC-SMC, composé de personnes en rétablissement provenant de divers constituantes du mouvement des personnes vivant un problématique de santé mentale.

phot-vlcsnap

Scène croquée lors de la formation 2012 des porte-parole de l’Association.

Participation au comité aviseur national portant sur l’application de la loi P-38.

  • Représentations au comité sur la perspective des personnes vivant un trouble mental, mettant l’accent sur la nécessité de bien former la première ligne, en particulier policiers et ambulanciers, ainsi que les autres acteurs des services d’urgence, sur une application homogène et uniforme de la loi ; de bien les sensibiliser quant à la stigmatisation avec une contribution usagère à l’équipe de formateurs ; de mettre sur pied un processus de certification pour les intervenants et un comité nationale de vigilance afin de voir à l’implantation et au suivi de l’application de ces mesures ; et, finalement, de travailler sur un modèle applicable, préventivement, de plan d’action en cas de crise pour que les personnes aux prises avec un trouble mental puissent à l’avance décider de plusieurs éléments d’action dans l’application de mesures préventives, curatives et restrictives lors de l’émergence de certains symptômes en amont de, et pendant, la crise.

Participation à la table du Groupe de travail provincial sur le logement en santé mentale.

  • Représentations visant à promouvoir l’intégration à l’offre résidentielle en santé mentale d’une nette augmentation de la mise en disponibilité des PSL (Programmes de supplément au loyer, que nous désirons rattaché à la personne et non au logement physique) favorisant l’accès à du logement privé autonome avec suivi clinique dans la communauté.

Participation au comité d’orientation pour les Journées annuelles de la santé mentale

  • Inclusion de la parole collective des personnes vivant un trouble mental au sein des activités des JASM, notamment par la prise de parole de discutants formés par l’Association au terme de plusieurs ateliers.